LUGOT Emile

De Encyclopédie : Brigades Internationales,volontaires français et immigrés en Espagne (1936-1939)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Emile Lugot est né le 25 août 1907 à Bilhac (Corrèze). Son père, Jean, était un cultivateur aux idées républicaines de gauche.

Il a fréquenté l'école élémentaire et s'est ouvert à la politique dès 1924 sous l'influence et dans l'ambiance de la camaraderie.

De 1927 à 1929, il a effectué son service militaire, au 95e Régiment d'Infanterie de Bourges (Cher),au cours duquel il a reçu une formation de mitrailleur.

Il quitte le Limousin pour venir travailler en région parisienne comme chauffeur-livreur pour un salaire de 1 500 francs par mois. Il se syndique à la CGT des ports et docks en 1934 et, en mai de l'année suivante, il adhère au PCF, cellule 742 de Clichy-Pont d'Asnières. Durant la période du Front Populaire, il participe aux grèves de juin 1936 et aux manifestations de la région parisienne. De par son engagement, il a été délégué à la conférence régionale qui s'est tenue à Clichy en 1937.

Il était marié et père d'un enfant. Le couple résida à Bois-Colombes puis 21, rue du Bac d'Asnières à Clichy et enfin rue du docteur Roux, également à Clichy (Seine).

L'Espagne

Volontaire « pour lutter contre le fascisme », il est recruté par le centre de l'avenue Mathurin-Moreau à Paris (19e) et rejoint l'Espagne en train par Alès et Béziers. Il arrive à Figueras le 20 mai 1937 d'où il est envoyé à Madrigueras (prov. d'Albacete).

Emile Lugot est incorporé aux BI le 3 juillet 1937 et à la 2e Compagnie du 10e Bataillon de la 14e BI, le 29.

Nommé caporal (OJ n° 237), il participe aux combats de Cuesta de la Reina en octobre puis à ceux du front d'Aragon (bataille de Caspe) (voir Offensive franquiste d'Aragon). Blessé au pied droit, il est hospitalisé à Vich du 27 mars au 29 juillet 1938. Lors de la Bataille de l'Ebre, il est blessé à nouveau, le 17 août.

Dans sa biographie militante, il cite les noms de camarades de la région Paris-Ouest, qui étaient aussi en Espagne, comme Pierre Le Rouzic, d'Asnières, et Georges Haulard, de Clichy.

Son nom figure sur une liste générale avec le matricule 2 749. Il était membre du PCE et avait adhéré au SRI (voir article Solidarité), à Madrid, en février 1938.

Sources

RGASPI (Moscou, F 545. Op 3. D. 367 et D. 370) et (Moscou, F. 545. Op. 6. D. 30 , D. 45 et D. 1292)

http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article136961