GENIA – TOURVILLE

De Encyclopédie : Brigades Internationales,volontaires français et immigrés en Espagne (1936-1939)
Aller à : Navigation, rechercher

Marguerite Marie Gènia -Tourville, Française, âgée de 29 ans, était aide-soignante. Elle vivait en Espagne depuis le 17 novembre 1931. Elle était syndiquée au syndicat UGT, à Barcelone. Elle était également membre du PSUC.

Elle connaît et a étudié les 13 points du Gouvernement d’Union Nationale de Negrin et pense :
« Ce Programme commun donne entière facilité à tout antifasciste de colaborer en accord pour la victoire de la Démocratie. Dont c’est le Programme exact, dans les circonstances actuelles. Depuis ce programme apliqué, on en voit les meilleurs résultats, comme le peuple avec ardeur et enthousiasme défend ses droits sacrés, l’Indépendance et la liberté."

Elle pense également que :

« La politique du Front Populaire en Espagne est une politique qui annonce une très grande évolucion du peuple espagnol. Ayant vécue cinq ans avant la revolucion ici, j’ai constaté la stricte opresion du capitalisme envers les ouvriers et les paysans. La juste Politique se démontre quand en 1936 le Gouvernement apliqua en grande partie le Programme du F.P. qu’on adopta par le Cde Uribe la loi Agraire, comme le peuple s’attacha fortement à la République et défend héroiquement ses droits. Notons que dans cette politique toutes les organisations antifascistes sont représentées. L’accion pour l'Unité est chaque fois plus forte et c’est là le facteur invincible contre le fascisme. »

Interrogée sur le rôle des BI, elle répond :

« En novembre 1936 les Bg. In. jouèrent un rôle très important dans les Unités Régulières de l’armée Espagnole. Par leur courage et discipline elles eûrent toujours le poste d’honneur dans les combats puis dans l’amélioration de l’armée Espagnole. elles ont …(mot illisible) la lutte pendant deux ans pour l’Indépendance de l’Espagne et la liberté de tous les peuples. Si ces Brigades ont appris au peuple espagnol, le peuple espagnol lui-même leur a appris, cette arme invincible contre le fascisme, l’Unité. Aussi dans leur pays, elles seront l’effort et l’appui des Organisations Antifascistes et resteront toujours le symbole et la Culture et de la Paix. »

Elle demande à être dirigée sur Paris.

Source

RGASPI (Moscou, F.545 Op.6 D.1051).