GOSSET Louise

De Encyclopédie : Brigades Internationales,volontaires français et immigrés en Espagne (1936-1939)
Aller à : Navigation, rechercher

Louise Gosset est née le 23 mars 1907 à Paris.

En 1930, elle se marie avec Jean GOSSET (voir la biographie).

L’Espagne

Contactée par le Dr Rouques, celui-ci lui confie la responsabilité de « l’Auto-chir », c’est-à-dire l’auto-chirurgicale pour effectuer des opérations sur le front ». Interviewée par Jacotte Néplaz-Bouvet, elle raconte :

« J’étais employée au dispensaire de Vitry sur Seine, connue par mes engagements politiques et pour avoir déjà franchi la frontière pour aller chercher des enfants espagnols – que les parents ne laisseront pas partir, certains qu’ils «étaient de la défaite de Franco – et connue aussi comme fervente sportive du club de basket […]

Ma décision était prise en accord avec Jean, militant comme moi, mais avec le projet de nous retrouver là-bas avec l’idée aussi que la guerre durerait quelques mois.[…]

Je quitte donc Paris en automne 36, avec des papiers en règle, accompagnée des médecins communistes Chrétien et Dervaux, d’un chauffeur, et du brancardiste Gaston Clamamus […]

Je rencontre et travaille avec Anne-Marie Bach, une infirmière hongroise parlant parfaitement le Français et l’Allemand (son mari est commandant, son fis combattant). Je collabore comme infirmière avec des chirurgiens de différentes nationalités - Hongrois – Russes – Polonais – Anglais – Allemands et Français.

Nous recevions et opérions des soldats gravement blessés qui, une fois opérés, étaient dirigés sur un hôpital. Quand il y avait des Français je leur rendais visite. Anne-Marie, parlant plusieurs langues, elle visitait les étrangers.

Je suis restée neuf mois à travailler dans cet « auto-chir » N° 1, alors que j’étais partie pour six-mois sans solde.

Oui, j’ai retrouvé Jean grâce à Anne-Marie qui a questionné son mari : « il est au transfert militaire » a-t-il précisé. Nous nous sommes donc rencontré à Albacete, pour ensuite repartir sur Madrid, toujours dans « l’auto-chir » en ce qui me concerne. Il fallait être sur les lieux des combats. Toujours en alerte. »

Rapatrié "pour des raisons personnelles" (voir la biographie de son mari, Jean GOSSET),en juin 1937, le couple déclare se rendre 15, voie Monsigny à Vitry-sur-Seine.

L’Espagne au cœur

« Mais Louise et moi, fidèles aux « brigades », dès 1945, nous reprenions contact avec les camarades espagnols dans leur lutte contre le franquisme.
En toute connaissance de cause, nous avons, à la demande du Comité Central du parti communiste espagnol, accompli des missions clandestines en Espagne ou en France. »

Membres de l'AVER, Louise et Jean s'étaient retirés en Haute-Savoie.

Source

Jacotte Neplaz-Bouvet, Un couple dans la guerre d’Espagne : Louise et Jean Gosset, Cahier de l’Amicale des vétérans de Haute-Savoie du PCF, Novembre 1996.

RGASPI (Moscou, F. 545 Op.2 D.112).