CARRET Joannés

De Encyclopédie : Brigades Internationales,volontaires français et immigrés en Espagne (1936-1939)
Aller à : Navigation, rechercher

Joannès Carret est probablement né en 1900 (âgé de 38 ans).

Après des études primaires, il a effectué deux ans de service militaire comme motocycliste.

Maçon, il était membre de la CGT depuis 1921 et a été délégué [syndical].

En 1932, il adhère au PCF.

Marié, il était domicilié 35, rue de la République à Beaujeu (Rhône).

L’Espagne

Après avoir franchi illégalement la frontière (voir article Passage clandestin des Pyrénées) avec un groupe de 30 volontaires, il rejoint Figueras, via Massanet, le 3 mai 1938. Il est affecté comme soldat, le 10 mai 1938 à la 14e BI, 4e Bataillon Henri Barbusse, 1ère Compagnie (OJ du 15 mai 1938).

Au front pendant 5 mois, il en a passé 4 à Campredo (le 25 juillet 1938) dans le Génie et un à Corbera (21 septembre 1938).

Sur le formulaire de rapatriement, non daté, il donne son opinion sur les 13 points de Negrin « qu’il mènerons à la victoire ». Pour lui, la politique du front populaire est bonne « parce qu’elle est juste ».

Joannès Carret veut être rapatrié à Lyon.

Le rapport du commissaire politique Bigouret du 20 octobre 1938 note qu’il « ne s’est jamais préoccupé de politique au sein de sa brigade, [qu’il] a un penchant à la boisson (voir article Boisson). De plus [il] critique souvent sans connaitre de raisons précises. Sa conduite personnelle est passable. [Il est] assez courageux ».

En conclusion le rapport précise « Carre Joannes a surtout un grand manque d’éducation et de compréhension politique. Son attitude au front n’a pas été mauvaise. Il a fait peu de front du fait qu’il a été longtemps malade. Je pense que conseiller et aider politiquement il peut quand même nous rendre service » . Une mention manuscrite sur le rapport précise « passable, ne s’occupant pas de politique, à aider ».

Sources

RGASPI (BDIC, Mfm 880/8, 545.6.1111) et (Moscou, F. 545. Op.3 D.370 et Op.6 D.36).