DELERUE Paul

De Encyclopédie : Brigades Internationales,volontaires français et immigrés en Espagne (1936-1939)
Aller à : Navigation, rechercher

Ce volontaire, célibataire, est né le 14 décembre 1903 à Forest-sur-Marque dans le Nord. Ses parents, Paul et Joséphine née Delcroix, étaient socialistes. Un de ses oncles, Ferdinand Delecluse, avec qui il déclare entretenir des relations normales, est inspecteur de police à Lille.

D'un niveau d'études primaires, il est mobilisé en 1923 et effectue son service militaire à Douai et dans la Rhur à Dusseldorf, au 17ème régiment d'artillerie légère, pendant 18 mois. Il y acquiert des connaissances comme servant de pièce.

Couvreur de profession, il avait également des connaissances en agriculture. Il a d'abord travaillé chez son père et ensuite, au moment de partir en Espagne, à la Maison Deboq, à Lille, qui employait 500 travailleurs. Il touchait une paye de 60 francs par jour.

Il était affilié à la CGT au syndicat du bâtiment depuis 1928 et au SRI depuis 1933.

Il a commencé à s'intéresser au mouvement prolétaire et a adhèré au PCF en 1934. Il intègre la cellule Paul Vaillant-Couturier où son activité principale est de vendre la presse du Parti. Il lit l'Humanité et s'intéresse à la politique en général.

Célibataire, il demeurait 101, rue Colbert à Ascq (Nord).

L'ESPAGNE

Paul Delerue arrive en Espagne le 24 octobre 1936, aidé par le PCF. Il est affecté à la 11ème BI, au bataillon Dumont.

Il participe au Front de Madrid et est blessé le 29 novembre 1936, par gaz selon un rapport de la Commission des Cadres d'Albacete, aux cours des combats de la Cité Universitaire. Il passe 6 mois à l'hôpital successivement à Madrid, Murcie et puis en convalescence à Benicassim. Le 1er septembre 1937, il est rapatrié en France avec une incapacité de travail de 40%.

Il travaille pendant 2 mois dans le bâtiment.

Il retourne en Espagne en décembre 1937. Après être passé devant une Commission médicale à Paris et Figueras, il est déclaré apte au front. Affecté à Villanueva de la Jara, il tombe malade et reste 28 jours à l'infirmerie. Envoyé à l'Escorial il passe devant une commission médicale qui le renvoie à Albacete comme inapte au front. Malgré cela Paul Delerue veut rester en Espagne pour travailler, "usine ou terre" précise-t-il.

Une fiche non datée et non signée précise qu'il se trouve au centre de récupération d'Olot et qu'il a été déclaré apte pour les services auxiliaires. En travers de cette fiche, écrite à la main, on peut lire "bon".

Une autre fiche datée du 12 septembre 1938 le décrit comme un "bon camarade, assez actif, discipliné, faible politiquement" qui "s'intéresse à la lecture de la presse, [au] moral assez bon". Cette fiche signale qu'il est arrivé au centre de regroupement (dont le nom 'est pas précisé) le 25 août 1938.

Sources

RGASPI (BDIC, Mfm 880/12, 545.6.1151)

RGASPI (Moscou, F 545, Op 6, D 44)