DRUON Léon

De Encyclopédie : Brigades Internationales,volontaires français et immigrés en Espagne (1936-1939)
Aller à : Navigation, rechercher

Léon Druon est né le 1er septembre 1904 à Sète (Hérault).

Célibataire, il habitait avenue de Salon à Miramas (Bouches du Rhône) lors de son départ pour l’Espagne.

Mobilisé en 1924, il a effectué son service militaire (18 mois) en France et au Maroc. A son retour, il a travaillé comme docker de 1926 à 1929. Il a ensuite été engagé comme chauffeur à la compagnie PLM où il gagnait environ 1200 francs par mois. Adhérent de la CGT, il fut secrétaire de la section technique des cheminots et délégué du personnel de 1931 à 1936. Il était membre de la F.S.G.T.

Parallèlement à son activité syndicale, il militait au PCF et devint secrétaire de cellule (1931-1933) puis de rayon (1933-1936) et conseiller communiste de Miramas de 1934 à 1938. Il assistera à une Conférence Nationale à Paris en 1934.

Il lisait régulièrement L'Humanité, Rouge Midi, les Cahiers du Bolchevisme et Correspondance Internationale. Il écrivit des articles sur la vie politique et syndicale dans Rouge Midi.

L'Espagne

Il arrive en Espagne, dans un convoi qui passe par la montagne, le 12 décembre 1936.

Il est affecté comme soldat à la 14e BI, 12e Bataillon, «La Marseillaise», Compagnie de mitrailleuses, jusqu’en février 37, au commissariat politique de la brigade jusqu’en juillet 37 puis à l’état-major jusqu’en avril 38 et enfin, comme adjoint au commandant du 1er Bataillon. Il est nommé sergent le 30 novembre 37.

Il va participer à toutes les batailles de la 14e BI : Lopera, las Rozas, Jarama, Valsain, Cuesta de la Reina.

Léon Druon, bénéficiaire d’une permission en France, revient en Espagne le 27 mai 1938.

Il va participer à la Bataille de l’Ebre où, le 21 septembre 1938, il sera blessé à la jambe. Hospitalisé à Barcelone et Mataró, il est rapatrié le 18 décembre 1938.

Un rapport le qualifie de « Bon camarade, esprit clairvoyant, politiquement assez développé, discipline excellente, morale bonne. »

En remplissant le formulaire de rapatriement, à la question sur le rôle des Brigades Internationales, il répond :
« Les brigades internationales ont surtout été utiles par leur formation, leur discipline et ont grandement contribué pour le commandement unique. Le rôle du commissaire politique a été immense et je pense que c’est ce qu’il y a de plus beau dans la nouvelle armée »

Source

RGASPI (BDIC, Mfm 880/14 biographie et formulaire de rapatriement)

RGASPI (Moscou, F. 545. Op. 6. D. 36.)