OPPMAN Jeanne

De Encyclopédie : Brigades Internationales,volontaires français et immigrés en Espagne (1936-1939)
Aller à : Navigation, rechercher

Jeanne Oppman est née le 1er décembre 1907 à Vilno (Pologne).

« Mon nom de jeune fille, c’est Zebstein, c’est un nom polonais. Mon père était ouvrier. […] Comme mes parents avaient beaucoup de difficultés financières, je me suis dépêchée de faire mes études ; j’ai passé mon bac à quinze ans et demi [...] Je rêvais de poursuivre mes études, mais pour les juifs, il y avait le numerus clausus. Mon père a donc émigré aux Etat-Unis et il nous a laissé à Paris avec mon frère, pour que je fasse des études. Il a eu un accident de travail et il est mort là-bas. J’ai dû commencer à travailler pour continuer mes études de médecine. J’ai fait mes quatre premières années. » (Florence Gravas, p.30)

Elle a fait également des études d’histoire .

Elle avait adhéré au PCF en 1929.

L’Espagne

En août 1936, elle accompagne, avec le docteur Robert Weiss, un convoi de médicaments du Secours Rouge International. Elle décide de rester en Espagne et va à la caserne Carlos Marx où elle s'engage dans la Colonne Del Barrio. Avec cette colonne, elle participe au débarquement de Minorque, puis de Majorque, comme infirmière.

Elle est affectée au service sanitaire de la 14e B.I. Elle va participer à tous les combats de cette brigade. Elle sera une des rares femmes Commissaires politiques.

Rentrée en France le 8 décembre 1938, car « on nous a demandé de rentrer (respect de la non intervention) », elle va travailler au dispensaire d’Arcueil où elle s’occupe particulièrement de la solidarité envers les femmes et les enfants espagnols réfugiés en France. C'est ainsi qu'elle dirige la colonie de Villers-sur-Mer (Villa les Pelouses), dans le Calvados, qui va fonctionner jusqu'au début de la seconde guerre mondiale.

La Résistance

Elle participe à la Résistance :

« J’ai donc monté une imprimerie clandestine avec laquelle on sortait l’huma et mon mari dirigeait un service de renseignements en zone sud. » (Florence Gravas, p. 173).

Sources

Archives AVER.

Fernandez, Paloma, Le retour et l’action des anciens volontaires des Brigades internationales en Région parisienne de 1937 à 1945, Mémoire de maîtrise, Université de Paris I (Panthéon – Sorbonne).

Gravas, Florence, Le sel de la Terre, Espagne 1936 -1939, Ed. Tirésias, 1999.