Solidarité

De Encyclopédie : Brigades Internationales,volontaires français et immigrés en Espagne (1936-1939)
Aller à : Navigation, rechercher

Les volontaires, pendant les moments de repos, loin des lignes de feu, expriment leur solidarité en adhérant au Secours Rouge International espagnol et en versant une partie de leur solde pour venir en aide à la population espagnole qui souffre des horreurs de la guerre.

Cette solidarité ne se manifeste pas uniquement pécuniairement.

Des volontaires, par exemple, de la 12e BI aident les paysans à la moisson.

Une attention particulière est portée aux enfants, premières et innocentes victimes de la guerre. Des fêtes enfantines sont organisées :

« La fête enfantine fut particulièrement réussie et les bambins se divertirent follement pendant la course en sac, la course à quatre pattes, et le jeu de la poêle. Les diverses tentatives au mât de cocagne déchaînèrent l’hilarité et l’enthousiasme parmi tous les spectateurs, petite et grands. La voiture-radio de la brigade apporta une note agréable à ces joyeux ébats.
La distribution des friandises fut une occupation véritablement laborieuse, car les petits se précipitaient et se bousculaient pour saisir ces bons gâteaux fabriqués par un pâtissier de notre Bataillon. » (Le Volontaire de la République, n° 18 du 25 juin 1937)

Des distributions de jouets, de vêtements (les enfants de Villatobas reçoivent chacun une paire de sandales (Le Soldat de la République, n° 31 du 4 juin 1937) sont organisées.

Les volontaires se préoccupent de leur santé.

Les blessés des quatre hôpitaux de Murcia patronnent et animent un camp d’enfants.

Le Bataillon Henri Vuillemin de la 14e BI parraine un hôpital d’enfants.

Les brigadistes ne manifestent pas leur fraternité qu’avec les armes, ils sont solidaires, au quotidien, dans la souffrance du peuple espagnol.