BANCEL Louis

De Encyclopédie : Brigades Internationales,volontaires français et immigrés en Espagne (1936-1939)
Aller à : Navigation, rechercher

Louis Bancel est né le 10 septembre 1912 à Moutiers en Meurthe et Moselle.

Orphelin, élevé par une tante et un oncle, membres du PCF, il a fait des études primaires.

Il a effectué son service militaire, comme simple soldat, au 27e bataillon de chasseurs alpins, pendant un an.

Paveur de profession, son salaire était de 877 frs. Sa participation au syndicat CGT du personnel des employés municipaux date de 1929 et son adhésion au PCF, de mai 1935. Il participait aux manifestations appelées par le parti communiste.

Célibataire, membre d'une association sportive, parlant espagnol et français, il puisait son information, outre au syndicat et au parti communiste, dans L'Humanité et La Voix du Peuple de la région lyonnaise.

Il demeurait à Villeurbanne dans le Rhône.

L'Espagne

Louis Bancel y arrive le 1er novembre 1936 avec comme objectif: "la sécurité de la France, la liberté et la paix".

Il est affecté à la 12e BI, Bataillon André Marty, 1e Compagnie, comme soldat.

De février à mars, il est dans le génie à la 12e BI, en mars-avril, dans le "Bataillon Garibaldi", d'avril à juin, à nouveau dans le "Bataillon André Marty", toujours dans le génie.

Lors de l'offensive de Huesca, il tombe malade. Après un séjour dans un centre hospitalier de Benicassim, il passe devant une commission médicale qui le déclare inapte pour le service militaire et apte pour le service d'arrière-garde, au Commissariat de Guerre des Brigades Internationales.

On le retrouve en avril 1938 dans le "Bataillon Rosa Luxemburg" comme artificier.

Louis Bancel a combattu en 1e ligne, dans le Centre (Cerro Rojo, Ciudad Universitaria, Majadahonda, Las Rozas) et en Aragon, pendant 13 mois, du 8 novembre 1936 au 26 juin 1937, puis d'avril 1938 à septembre de la même année. Son groupe a été félicité par les chefs.

Pendant son séjour à Benicassim, il a adhéré, en 1937, au PCE et au Secours Rouge.

Quand on lui demande : "Que penses-tu des Brigades Internationales ?", il répond : "La politique du Front Populaire a fait l'union de tout le peuple espagnol. Les BI., aussi bien l'organisation politique que militaire, ont enseigné l'armée populaire espagnole."

Son nom figure dans la cartothèque du 5/5/38, sous le n° 306, accompagné de l'appréciation: « BAO ».

Source

RGASPI (BDIC, Mfm 880/4, 545.6.1063 et Mfm 880/1, 545.6.1041).