CALAME Antoine

De Encyclopédie : Brigades Internationales,volontaires français et immigrés en Espagne (1936-1939)
Aller à : Navigation, rechercher

Antoine Calame (également orthographié Callame) est né le 13 août 1911 à Villeurbanne (Rhône).

Après des études primaires, il a fait son service militaire en 1931, pendant 18 mois, dans un régiment de fusiliers, à Besançon.

Maçon de profession, il percevait un salaire de 5,20 francs par jour, dans une entreprise de construction (non citée) qui employait 50 ouvriers.

Dès la fin du service militaire, il s’est intéressé au mouvement prolétarien. Lecteur de l’Humanité, il a adhéré au PC en 1930 et à la CGT en 1933.

Pendant 6 mois, il a été incarcéré à la prison de la santé à Lyon pour agitation politique (date inconnue).

Célibataire, il habitait à Villeurbanne (Rhône) lors de son départ pour l'Espagne.

Espagne

Après un voyage en train jusqu’à Perpignan, et avec l'accord du PCF, Antoine Calame arrive en Espagne le 5 décembre 1936 « pour lutter contre le fascisme et pour la liberté du monde ».

Affecté le 7 décembre à la 14e BI, 13e Bataillon Henri Barbusse, il a le grade de caporal.

Blessé le 1er mai 1937, sa convalescence va durer 4 mois.

Dans sa biographie de militant du 4 juillet 1938, remplie pour son adhésion au PCE, il cite les batailles auxquelles il a participé : Lopera, las Rozas, Jarama, Santa Maria de la Alameda, Cuesta de la Reina.

Une note manuscrite du 8 octobre 1937 du commandant (signature illisible) de la 2e Compagnie, du 12e Bataillon de la 14e BI précise que « le camarade Calame Antoine de la 2e compagnie, parti en permission le 4 octobre 1937 pour 24 heures n’a pas encore regagné sa compagnie et se trouve déserteur ». Une note du 10 octobre 1937, du capitaine responsable du 2e bureau de l’état-major de la 14e Brigade mixte internationale, adressée au camarade responsable de la délégation des BI (Madrid), donne l’ordre de « mettre en état d’arrestation le volontaire Calame Antoine déserteur de notre brigade depuis 7 jours et de nous le renvoyer sous escorte ». Le 11 février 1938, il est rétrogradé de sergent à simple soldat (OJ n° 296) (Voir la catégorie Discipline et l'article Sanctions). Le 28 février, il est maintenu au grade de caporal et devra suivre les cours de l'école des sous-officiers (OJ n° 304).

Il adhère au SRI (voir article Solidarité) en 1937 et au PCE en 1938.

Le rapport (non daté) du commissaire politique Bigouret indique qu’Antoine Calame « a eu une conduite très bonne au front ainsi qu’à l’arrière ».

C’est un « bon chef de groupe et [un] bon camarade ». Son éducation politique est jugée moyenne mais il « faisait son possible pour comprendre et s’intéresser aux problèmes politiques de l’Espagne ».

Ce camarade est « très considéré par des camarades qui l’ont connu ».

Une mention manuscrite sur l’entête du rapport précise « très bon ».

Sources

RGASPI (BDIC, Mfm 880/8, 545.6.1107) et (Moscou, F. 545. Op.3 D.368, D.369).