DELAVAL Hubert

De Encyclopédie : Brigades Internationales,volontaires français et immigrés en Espagne (1936-1939)
Aller à : Navigation, rechercher

Hubert Delaval est né le 26 février 1914 à Armentières dans le Nord. Son père, prénommé Emile, "antifasciste", était ouvrier terrassier et vivait à Hénin-Liétard dans le Pas de Calais.

D'un niveau d'études primaires, reformé temporaire, il a d'abord exercé la profession de boulanger et ensuite celle de monteur sur fer et travaillait à Hénin-Liétard avec un salaire de 5frs90 de l'heure au moment de son départ en Espagne.

Il s'était syndiqué à la CGTU en 1925 et à la CGT en 1936. Il était secrétaire de la section de monteur sur fer de la Maison George-Gustave et cie de Méricour sur Lens dans le Pas de Calais.

Pionnier, secrétaire puis trésorier aux Jeunesses Communistes, il déclare s'être intéressé au mouvement prolétaire, dès l’âge de 11 ans :

"depuis 1925 l'ané ou je suis decendu au fons de la mine où il n'y avait que les brouhboutisme, c'est ainsi con apelais alors les membres du parti communiste pour défendre les revendications des galibots."

Il adhère au PCF en 1936 où il fait de la propagande, colle des affiches, distribue des tracts et vend (et lit) l'Humanité et l'Enchaîné. Il faisait également partie des Amis de l'Union Soviétique.

Célibataire, il habitait à Hénin-Liétard, rue Pierre-Curie.

L'Espagne

Il arrive en Espagne le 26 ou le 30 décembre 1937 aidé par le PCF.

Dans une note émanant de la 14ème BI et datée des 17 et 18 février 1938 il est signalé comme volontaire venant de Villanueva de la Jara.

Dans une autre note émanant des Cadres Français d'Albacete, il est dit que de Villanueva il part pour l'Escorial avec le convoi des 500 et que là il est déclaré inapte au front par la commission médicale qui le renvoie à Albacete: il a un poumon malade et souffre de tuberculose.

Il demande alors à être envoyé à un service auxiliaire par exemple comme infirmier dont il aurait suivi la formation lors des 2 mois passés à Villanueva de la Jara. Une note confirme qu'il aurait été destiné par la commission médicale à un service auxiliaire sans préciser lequel.

Il est affecté à la 14ème BI et participe aux combats de L'Ebre (Corbera). Il passe 6 mois en tout au front.

Il adhère au PCE le premier janvier 1938.

En ce qui concerne les 13 points du Gouvernement d'Union Nationale de Negrin , il déclare ne pas les avoir étudiés

Un rapport signé Lucien BIGOURET (voir sa biographie) précise qu' "il a toujours fait le travail qu'on lui a commandé", signale "une bonne activité de militant, une bonne conduite personnelle" et le montre comme "discipliné et sérieux", discutant politique "avec les copains au sein de la compagnie" et jouissant d'une "bonne opinion de ses camarades".

Source

RGASPI (BDIC, Mfm 880/12, 545.6.1150)